Catégories

Fabricants

Fournisseurs

VOYANCE AVEC JELT

Picatrix, un traite de magie medievale

Picatrix, un traite de magie medievale

Bakhouche, Beatrice ; Fauquier, Frederic ; Perez-Jean, Brigitte 

 

Livre rare - Neuf !



Plus de détails


118,32 € TTC

Exclusivité web

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Témoignage des contacts de culture dans l'Espagne d'Alphonse le Savant, le Picatrix se présente comme une traduction d'un original arabe (le Ghâyat Al-Hakîm), auquel le ou les traducteurs ont beaucoup retranché ou ajouté.


L'ouvrage expose les connaissances de toute nature indispensables à qui veut agir sur le monde et les hommes : fabrication des talismans, exploitation de tous les règnes - minéral, animal et végétal -, prières aux planètes, données astrologiques, physiques et philosophiques. La pratique magique s'inscrit ainsi dans un cadre philosophico-religieux très particulier où l'hermétisme et le néoplatonisme sont associés à l'orthodoxie religieuse.


Le Picatrix illustre parfaitement l'idée selon laquelle la magie n'est pas seulement un reflet de la science, mais se présente aussi comme un système complet, une méthode de pensée, de croyance et de savoir. Il a exercé une profonde et durable influence au Moyen Age et à la Renaissance.



 

Livre rare - Neuf !



  • Editeur :Brepols
  • Collection :Miroir Du Moyen Age
  • Date de parution : 04/03/2002
  • EAN13 : 9782503510682
  • Genre :HISTOIRE DU MOYEN AGE AU 19ème SIECLE
  • Langue : français
  • Format : 210x140x30
  • Poids : 530g
  • Nombre de page(s) : 385     

 

De Titre Commentaire
25/01/2012 L'équipe d'esotérique samsara d. Le Picatrix, un livre occulte Le Picatrix est un traité de magie médiéval.

Il s'agit à l'origine d'un traité arabe Ghâyat al-hakîm (« Le but du sage ») composé dans l'Al-Andalus au milieu du XI siècle. Après sa conquête sur les musulmans par Alphonse VI de Castille en 1085, Tolède devient un centre de traduction très réputé, et un lieu de rencontres entre les savants juifs, musulmans et chrétiens. Le Ghâyat al-hakîm est traduit castillan (version dont il ne reste que des bribes) puis en latin sous Alphonse X le savant, à la fin des années 1250. La traduction l'attribue au mathématicien alchimiste et astronome Maslama al-Mayriti (~950-1008), dont le latin Picatrix, possible déformation du castillan Picatriz serait la traduction du surnom Maslama.

La version arabe fut découverte vers 1920 par l'orientaliste et bibliothécaire Wilhelm Printz, et traduite en allemand par Helmut Ritter en 1933.

C'est un ouvrage de compilation. « Les sources de cet assemblage sont multiples : opuscules magiques, astrologiques et hermétiques élaborés au Proche-Orient à partrir du IXe s., textes sabéens, hermétiques, ismaéliens...

Le texte se présente comme une juxtaposition de recettes de magie astrale et spirituelle et de passage théoriques plus ou moins inspirés par des spéculations néo-platonisantes. Le Picatrix commence par définir la nigromancia comme ce qui se dit « de toutes les choses qui sont cachées à l'appréhension et dont la majorité des hommes ne comprennent pas comment elles se font ni de quelles causes elles proviennent ». Cette science est divisée en trois parties : dans la première, pratique, les « opérations se font de l'esprit sur l'esprit » ; la deuxième, la fabrication des images (talismans) consiste à appliquer « un esprit dans un corps » ; la troisième, enfin, l'alchimie, est l'application d’« un corps dans un corps ». Le pouvoir de l'image fabriquée provient au moins en partie de la conjonction de la vertu terrestre et de la vertu astrale. Mais le Picatrix accorde aussi une grande place à l'intervention des esprits planétaires. »


Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires.

Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Panier Commander

VOYANCE AVEC JELT